Kollect

Avez-vous vu.... le Pinson du Nord ?

Publié le 20/11/2020 Vue 152 fois


Les jours raccourcissent, le soleil se fait plus timide, une petite fraicheur s'installe... Pas de doute on approche de l'hiver et avec lui arrivent ses visiteurs de passage.

Parmi les mésanges, rougegorges et autres accenteurs, avez-vous déjà eu l'occasion en cette période d'observer le cousin du gai Pinson des arbres : le Pinson du Nord ?

Il trouve chez nous ses quartiers pour se refaire une santé entre les mois d'octobre et mars, en particulier dans les champs et forêts, avant de repartir nicher, comme son nom l'indique, dans la taïga du Nord de l'Europe.

Avec un gabarit similaire à l'habitué de nos jardins, le Pinson du Nord s'en distingue en hiver principalement par le ton orangé de sa poitrine et de ses épaules, son bec jaune ainsi que son croupion blanc. La tête du mâle est aussi plus foncée. La femelle quant à elle a la nuque grise.

Très grégaires, les Pinsons du Nord se regroupent le soir venu dans des bois pour y passer la nuit. Ces dortoirs peuvent accueillir plusieurs milliers d’individus, voire plusieurs millions !

Comme son proche parent, le Pinson du Nord appartient à la famille des Fringillidés, caractérisés par un bec court, conique et fort, adapté à un régime granivore. On peut donc parfois observer des individus visiter nos jardins et se nourrir dans les mangeoires pendant la période hivernale.

Attention cependant. N'oublions pas que les oiseaux ne sont pas des animaux domestiques, ils savent se débrouiller seuls pour trouver leur nourriture. Et il y a dans la nature une alimentation variée et adaptée au régime alimentaire de chaque espèce. Un apport d'une nourriture adaptée peut toutefois être favorable et aider les oiseaux à passer l’hiver, mais il est crucial de respecter certaines conditions pour ne pas mettre en péril leur survie (maladies, prédation...) :

  • Ne nourrir qu’en périodes de grands froids : des premières gelées aux premiers rayons du soleil printanier, soit au plus entre minovembre et fin mars. Cette plage de 4 mois et demi reste une généralité, et varie selon le climat local et les conditions météorologiques de l’hiver en cours ;
  • Ne pas interrompre la distribution tant que la période difficile n’est pas terminée ;
  • Placer la mangeoire à l’abri de la pluie et hors de portée des prédateurs, comme les chats ;
  • Remplir la mangeoire le matin ;
  • Privilégier les graines et éviter les aliments toxiques comme le pain, les miettes ou les aliments salés ;
  • Nettoyer et désinfecter la mangeoire une fois par semaine (à l’eau et avec un peu de produit désinfectant naturel : savon noir, vinaigre blanc…) ;

En revanche, la présence d'un point d'eau, changée régulièrement, en particulier pendant les vagues de chaleur, est essentielle et ne peut qu’être bénéfique.

Encore un peu de patience donc si vous souhaitez mettre de la nourriture à disposition de vos protégés.

Ouvrez l'œil et soyez aux aguets ! Il y a encore assez peu d'observations de l’espèce en Anjou [Cartographie du Pinson du Nord]. Au moindre doute, le CPIE est là pour vous aiguiller. N'hésitez pas à transmettre vos observations et vos photos : soit dans la base de données (https://cpie.kollect.fr/), soit par mail à Olivier en précisant la date et le lieu de l’observation.

Auteur : Olivier DURAND